Aeternia, tome 1 : La Marche du Prophète

5 juillet 2017

Auteur : Gabriel Katz
Genre : Fantasy
Edition : Pocket
Pages : 436 pages
Parution : 08 septembre 2016

Résumé :
Leth Marek, champion d'arènes, se retire invaincu, au sommet de sa gloire. Il a quarante ans, une belle fortune et deux jeunes fils qu'il connaît à peine. C'est à Kyrenia, la plus grande cité du monde, qu'il choisit de les élever, loin de la violence de sa terre natale. Lorsqu'il croise la route d'un culte itinérant, une étrange religion menée par un homme qui se dit prophète, l'ancien champion ignore que son voyage va basculer dans le chaos. À Kyrenia, où l'on adore la Grande Déesse et les puissants du Temple s'entre-dévorent, une guerre ouverte éclate entre deux cultes, réveillant les instincts les plus noirs. La hache de Leth Marek va de nouveau tremper dans le sang. Le plus violent des combats est celui que l'on mène contre ses propres croyances.

Mon avis :
Oui, encore un Gabriel Katz ! J’avais hâte de lire ce diptyque de l’auteur, après avoir dévoré Le Puits des Mémoire et avoir eu un coup de cœur pour Maîtresse de Guerre (que je meurs d’envie de relire). Je me suis plongée dans le tome 1 d’Aeternia, j’en avais entendu beaucoup parlé sur internet, avec d’excellentes critiques. J’ai adoré, je l’ai lu en, un peu plus que 24 heures (journée de travail et fête de la musique compris).

On retrouve l’univers des Terres Communes et plus précisément les alentours de Kyrenia. On va se retrouver, avec le personnage principal au milieu d’un conflit entre deux religions. Une nouvelle religion apparaît, essaye de convertir le plus de personnes (car elle est la seule et l’unique religion). L’ancienne religion, le culte de la Grande Déesse, se défend en accusant la nouvelle religion de choses avérées ou non. L’auteur met en avant l’opposition de deux religions qui sont différentes, car elles ne vénèrent pas la même divinité. Alors, que la finalité est la même quel que soit le Dieu prié, les croyants veulent être en paix avec eux-mêmes et que rien n’arrive à leur proche. Les fidèles de la Grande Déesse ont-ils peur de la nouvelle religion, par méconnaissance ? En tout cas, ils entretiennent la peur des ignorants en disant que le nouveau culte va détruire la Grande Déesse. Les religions ont toujours été passé sur un savant mélange de fanatisme et d’ignorance. Les fanatiques convertissent les ignorants et leur fond avaler tous ce qu’ils veulent. (Moi, antireligion, tout à fait).

On va suivre un ancien gladiateur (10 fois champion des arènes de Morgoth, si si, pas un petit joueur le monsieur), Leth Marek, qui va prendre sa retraite et allait s’installer à Kyrenia, la ville de la culture, avec ses deux fils. Un malheur va arriver sur la route, Leth va devoir prendre parti dans un conflit qui ne le regarde pas de prime abord. J’ai bien aimé le personnage de Leth, un peu bourru, carrément taciturne. Il devoir faire des choix pour accomplir la mission qu’il s’est donné et va s’y tenir jusqu’à la fin. Il va rencontrer en chemin, une prêtresse Nessirya, qui ne va pas le laisser indifférent. Elle est un personnage féminin sympa, mais peu développée et j’ai le sentiment qu’elle a un fort potentiel (et pas forcément positif…). J’espère qu’il sera révélé dans le deuxième tome. On rencontre aussi Desmeon, un mercenaire qui est engagé par le nouveau culte pour les défendre contre d’éventuels voleurs ou autres personnes malintentionnées. On ne connait pas son passé (vivement le deuxième tome !), mais il y a plus d’un secret dans sa poche. C’est le boute-en-train, qui semble avoir peur de rien. J’ai beaucoup aimé ce personnage (c’est mon personnage préféré), je préfère habituellement les personnages taciturnes, mais le fait de ne rien connaitre de son passé, m’a complètement charmé.

Pour conclure, j’ai adoré ce tome-ci, je peux dire que c’est un coup de cœur. J’ai hâte de lire le deuxième et dernier tome pour avoir le fin mot de l’histoire. 

❤❤❤❤❤

Aeternia (série terminée) : 
 Tome 1 : La Marche du Prophète
 Tome 2 : L’envers du Monde

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire