Demain les chats

24 février 2017

Auteur : Bernard Werber
Genre : Science-fiction
Edition : Albin Michel
Pages : 309 pages
Parution : 6 Octobre 2016

Résumé :
A Montmartre vivent deux chats extraordinaires. Bastet, la narratrice qui souhaite mieux communiquer et comprendre les humains. Pythagore, chat de laboratoire qui a au sommet de son crâne une prise USB qui lui permet de se brancher sur Internet. Les deux chats vont se rencontrer, se comprendre s’aimer alors qu’autour d’eux le monde des humains ne cesse de se compliquer. A la violence des hommes Bastet veut opposer la spiritualité des chats. Mais pour Pythagore il est peut être déjà trop tard et les chats doivent se préparer à prendre la relève de la civilisation humaine.

Mon avis :
Je suis le club de lecture « Moldus de Lecture » sur Facebbok, organisé par MargaudLiseuse, Lili bouquine, Bulledop, Les lectures de Nine et Moody Take a book. Tous les trois mois, les Booktubeuses choisissent un livre à lire et un live est organisé pour discuter de la lecture. En ce début d’année, c’est Demain les chats de Bernard Weber qui a été choisi. Le live était prévu le 26 février sur la chaine de Nine, j’ai quand même commencé le livre pour l’avoir fini avant le live. Finalement le live a été reporté à une date ultérieure.

Je lis très peu de science-fiction, et pourtant c’est un genre que je voudrais découvrir. Bernard Weber est un auteur français de science-fiction, donc parfait pour me lancer. J’ai commencé le roman sans savoir de quoi ça parlait, mise à part que l’on allait suivre des chats dans Paris. Très vite, on se rend compte que l’histoire se passe dans un futur plus ou moins proche. J’ai été assez déconcertée par le style de l’auteur et par le système de narration. Le récit est écrit à la première personne, et d’un point de vue de chat… C’est étrange ! Petit à petit, au fil que le chat découvre le monde autour de lui, l’histoire se lit plus facilement.

On suit Bastet qui est la narratrice. Elle vit avec son humaine dans Paris, elle va découvrir que le monde à l’extérieur change. Grâce à Pythagore, un chat assez spécial, elle va comprendre se qui se trame réellement. J’ai beaucoup aimé suivre Bastet, de savoir « ce que pense les chats ». Si j’ai été déstabilisée au début du roman par cela, je me suis vite habituée au style particulier de l’écriture. Pythagore amène Bastet à connaitre le point de vue humain sur le monde. Par ce biais, l’auteur nous amène à réfléchir sur une possible évolution de l’Histoire. J’ai beaucoup aimé le mélange des instincts de chat avec les problèmes typiquement humains, comme les relations intra et inter-espèces. On rencontre aussi des personnages secondaires humains, comme Nathalie, la propriétaire de Bastet, Sophie, une scientifique qui a « amélioré » Pythagore avant de l’adopter. Ces personnages sont très peu développé mais on comprend leur utilité au fil de l’histoire.

Pour conclure, j’ai beaucoup aimé ce livre, ce n’est pas un livre que j’aurais lu de moi-même et je suis ravi qu’il ait été choisi comme lecture pour Les Moldus de Lecture. C’est une chronique assez courte mais j’ai du mal à coucher par écrit mon ressenti. Je vais surement lire d’autres livres de Bernard Werber, notamment la trilogie des fourmis qui me tente beaucoup.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire